Accueil > Le réseau local > Education-formation > Lycée Dupuy de Lôme, pôle santé > Le Lycée Dupuy De Lôme

Le Lycée Dupuy De Lôme

Publié le lundi 10 octobre 2011, par Laura Allan

Mots-clés : ,

Le Lycée polyvalent Dupuy De Lôme de Brest, comporte deux principaux pôles : un pôle bâtiment qui offre une formation du CAP à la licence professionnelle et un pôle Santé-Sociale qui va du BEP à la préparation au concours IFSI ainsi qu’un institut de formation d’aides soignantes et d’auxiliaires de vie sociale.

JPEG - 2.4 Mo

- Le nom du lycée :

JPEG - 26.1 ko

Le nom Dupuy de Lôme est un hommage à Stanislas-Henri-Laurent Dupuy de Lôme, né à Ploemeur dans le Morbihan, en 1816 et mort à Paris en 1885. C’était un ingénieur du génie maritime et un homme politique français. On lui doit notamment l’invention du premier navire de ligne à vapeur au monde, le Napoléon, ainsi que le premier sous marin opérationnel et l’invention de l’hélice.
Dans sa vie politique, il a été élu membre de l’Académie des Sciences en 1866. Il a aussi était député du Morbihan entre 1869 et 1870. En 1872, il est élu Conseiller Général du Var et il est nommé en 1877, sénateur inamovible.

- La classe de PCPM 2011/2012 :

JPEG - 67 ko

Pour intégrer la classe de PCPM cette année, vingt-neuf élèves, vingt-six filles et trois garçons, ont été sélectionnés parmi les 500 dossiers de candidatures reçus. La classe est majoritairement composée d’élèves venant de Terminale ST2S du lycée mais aussi de lycée générale notamment de filières scientifiques. Il y en a également issus de la faculté de médecine et de celle de sciences.

- Entretien avec la proviseure du lycée : Mme Pasgrimaud

JPEG - 12.9 ko

Le mardi 04 octobre 2011, nous avons eu l’occasion de poser quelques questions à la proviseure du lycée Dupuy de Lôme.

I. Mme Pasgrimaud

Laura et Allan : Pourriez-vous rapidement vous présenter ? (parcours professionnel...)

Martine Pasgrimaud : "Je m’appelle Martine Pasgrimaud, j’ai 60 ans. En tant que femme, je suis mariée, mère de trois enfants et grand-mère de 5 petits enfants.
Dans ma vie professionnelle, j’ai travaillé dans le milieu culturel avant de me tourner vers l’éducation. J’ai été professeur pendant 19 ans et je travaille comme personnel de direction depuis 15 ans. J’ai toujours privilégié les relations humaines et souhaité avoir un travail en relation avec les adultes ou les jeunes ; être un élément facilitateur et fédérateur dans la conduite de projets. "

L.A : Depuis quand êtes-vous proviseur au Lycée Dupuy De Lôme ?

MP : "Depuis septembre 2006"

L.A : Le fait d’être une femme vous a-t-il été préjudiciable dans votre vie professionnelle ?

MP : "Non, parce que je travaille pour l’Education Nationale"

L.A : En tant que femme chef d’établissement, pensez-vous qu’il y a une parité femmes/hommes dans l’Education Nationale ?

MP : "A Brest sur les sept lycées publics :six proviseurs sont des hommes pour une seule femme ; ce n’est pas vraiment la parité ! Au plan national la situation évolue, et on peut remarquer qu’il y a une certaine parité des personnels de direction en collège avec 52% d’hommes et 48% de femmes. "

L.A : Savez-vous quel est le pourcentage de femmes Proviseur à l’Académie de Rennes ?

MP : "Il y a environ 10% de femmes proviseures sur l’académie dans le public."


II. Le Lycée et la section PCPM

L.A. : Quand a été ouvert le Lycée ?

MP : "Depuis septembre 1968"

L.A : Combien y a-t-il d’élèves au lycée ?

MP : "1080 élèves"

L.A. : Combien y a-t-il de professeurs ?

MP : "Il y a 138 professeurs "

L.A. : Depuis quand existe le pôle santé social et donc la PCPM ?

MP : "Depuis 2005"

L.A. : Pourquoi avoir développé ce pôle ?

MP : "Le lycée Dupuy de Lôme était un lycée professionnel à vocation Bâtiment et était par ailleurs réputé comme Lycée difficile. Développer le pôle Santé-Social a permis d’apporter une mixité dans le lycée, l’attitude des garçons a évolué. Cela a par ailleurs permis d’améliorer progressivement l’image de l’établissement. "

L.A. : Comment sont sélectionnés les élèves en PCPM ? Et combien y a-t-il eu de demandes ?

MP : "Les élèves sont sélectionnés avec leur Dossier, leur motivation et leur projet. Chaque année, il y a environ 500 demandes pour 30 places"

L.A. : Que pensez-vous de la formation PCPM ?

MP : "Cette formation doit son succès à la qualité et au niveau d’exigence de l’équipe pédagogique qui l’assure. Par ailleurs la formation à évolué régulièrement depuis 2005 :la conduite de projets dans lesquels s’impliquent les élèves, la mise en place d’outils tels que le livret de formation ou les oraux ne peuvent qu’être bénéfiques pour les élèves et participer à leur réussite. Le taux de succès aux concours en atteste l’efficacité. "

III. Le projet « égalité femmes/hommes »

L.A. : Que pensez-vous du projet « égalité femmes/hommes » mis en place par madame Beekandt cette année ?

MP : "C’est un projet de société ambitieux. Il y a encore beaucoup de débats à mener, notamment dans la reconnaissance professionnelle et politique de la femme (par exemple dans les instances politiques et décisionnelles où les femmes restent minoritaires…). Je pense par ailleurs que ce manque de parité tient pour partie au fait que les femmes plutôt perfectionnistes se censurent et à leur difficulté à combiner à la fois vie personnelle et professionnelle. Les hommes ne se mettent pas les mêmes contraintes et délaissent plus facilement la sphère privée pour leur carrière ou l’engagement politique .
Il est nécessaire de faire évoluer les représentations dès le plus jeune âge et pendant la scolarité afin que filles et garçons s’autorisent à explorer d’autres filières professionnelles que celles pour lesquels leur sexe les prédestine plus naturellement
Loin de moi l’idée de limiter à certains aspects le champ des inégalités car en effet,
L’égalité entre les femmes et les hommes fait partie des droits de la personne humaine et de ce fait est un critère fondamental de la démocratie. On ne peut que se réjouir que le conseil de l’Europe s’emploie à éliminer la discrimination basée sur le sexe ; cependant de nombreuses inégalités empêchent toujours que les droits des femmes soient pleinement respectés
Votre projet doit par les échanges qu’il va susciter permettre des prises de conscience nécessaires. "

L.A. : Avez-vous été voir le site Egalité Femmes-Hommes ? Si oui, Qu’en avez-vous pensez ?

MP : "J’ai en effet été voir le site et je félicite les élèves pour leur articles. Je vais suivre attentivement les différentes productions. "

IV. Egalité Femmes/Hommes

L.A. : Pensez-vous qu’il y a une parité entre les femmes et les hommes dans la société actuelle ?

MP : "Non, je pense qu’il y a encore beaucoup à faire dans ce domaine. Comme je l’ai indiqué précédemment, cette parité n’a de sens qu’avec une volonté de réformes et doit continuer à mobiliser. « Il est peu de vertu plus triste que la résignation » dit Simone de Beauvoir, aussi à l’instar des féministes des années 70 qui ont permis au terme de processus démocratique d’aboutir à des lois , il importe de ne pas se résigner et d’adopter des règles de vie, une éthique qui repose sur des comportements et attitudes nés de sagesses acquises de l’Education à l’Egalité, par l’Egalité et pour l’Egalité et de l’abandon de certaines rigidités culturelles ancestrales, dues à la perpétuation de l’Ignorance."