Accueil > Les ressources > Violences > Le documentaire "Tu enfanteras dans la douleur" par la réalisatrice (...)

Le documentaire "Tu enfanteras dans la douleur" par la réalisatrice Ovidie

Publié le vendredi 19 juillet 2019, par Elodie Bouliou

Diffusé sur Arte et disponible en replay

Partout en Europe, des femmes dénoncent les maltraitances qu’elles ont subies durant leur accouchement. Ovidie signe une enquête rigoureuse et bouleversante sur les violences obstétricales et les tentatives pour y mettre fin.

"Il a tout suturé à vif, ç’a duré quarante-cinq minutes." "Je n’étais plus dans un accouchement, c’était une scène de massacre." "On préférerait mourir plutôt que de sentir ça"… S’ils sont glaçants (et bouleversants), les témoignages réunis dans ce documentaire montrent aussi la volonté des femmes de rendre publiques les maltraitances subies durant l’accouchement, longtemps tues. En France comme dans le reste de l’Europe, leurs voix s’élèvent pour les dénoncer, amplifiées par les réseaux sociaux et une forte mobilisation militante. Également victime de violences obstétricales, la secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les hommes et les femmes, Marlène Schiappa, interviewée dans ce film, a jeté un pavé dans la mare, en commandant un rapport sur le sujet.

Violence systémique
Épisiotomie imposée, césarienne à vif, infantilisation, remarques sexistes... : ces violences bafouent une notion fondamentale : le consentement des femmes. Nombre d’entre elles assimilent alors ce qu’elles ont vécu à un viol. La réalisatrice féministe Ovidie (Là où les putains n’existent pas) analyse la situation sans manichéisme, en interrogeant tous les acteurs concernés : des victimes, des militantes, des experts, des sages-femmes mais aussi des gynécologues qui dénoncent le manque cruel de moyens du système de santé publique. Son enquête rigoureuse explore également l’histoire pour comprendre la source de cette violence systémique, et rappeler, avec des expériences passées ou présentes (l’accouchement sans douleur, la naissance à domicile) qu’un autre modèle, moins médicalisé, peut constituer une solution.

Accéder au replay sur Arte