Accueil > Le réseau local > Institutions > Des permanences de Marif Loussouarn à LCause

Des permanences de Marif Loussouarn à LCause

Publié le mercredi 11 mars 2015, par Nicole Bronnec

Mots-clés : ,

Tous les mardis de 14 h 30 à 16 h

Marif Loussouarn, adjointe au Maire de Brest à l’égalité femmes-hommes, tient des permanences hebdomadaires à LCause tous les mardis de 14 h 30 à 16 h, sans rendez-vous.

Pourquoi des permanences à LCause ?
Marif Loussouarn : l’idée c’est de proposer un temps de rencontre, sans rendez-vous préalable. Pourquoi à LCause ? Parce que c’est un lieu ouvert et convivial, où il se passe toujours quelque chose. Ce qui me permet aussi, suivant la demande exprimée par la personne rencontrée, de la mettre en lien avec ce qui se passe ici.

Combien de personnes en moyenne par permanence et pour quelles demandes ?
ML : ça commence doucement, en moyenne j’ai deux personnes par permanence, qui viennent surtout pour des situations de violences. LCause est pour moi aussi un lieu ressources pour répondre à ces demandes. Je n’ai pas toutes les solutions mais je connais bien les réseaux, notamment les acteurs de l’insertion ou ceux qui luttent contre les violences faites aux femmes ; alors je mets les personnes en lien avec le réseau existant. C’est un travail collectif.

Pourquoi des permanences ouvertes ?
ML : pour moi, surtout actuellement, il est important de rapprocher les élu-e-s des habitant-e-s, des acteurs, de celles et ceux qui font la ville et participent au « vivre ensemble ». Je me considère comme un maillon de cette chaîne. Depuis quelques temps l’image des élu-e-s a été quelque peu « écornée » ; alors si je peux un peu la restaurer, en me rapprochant des habitant-e-s, ce n’ai pas plus mal. En tout cas je ne me place pas « au-dessus » de la mêlée et je veux rester accessible à toutes et tous.

Et pourtant, un-e élu-e a toujours une place particulière, non ?

ML : oui bien sûr, on lui reconnaît en tout cas une capacité à faire réseau, à mettre en synergie les différents acteurs, on lui accorde souvent la faculté à rassembler, à fédérer autour d’une thématique. C’est également mon ambition sur l’égalité femmes-hommes.

Sur quels sujets faut-il agir ?
ML : en premier lutter contre les violences faites aux femmes, en travaillant sur la cohérence des interventions des différents acteurs. L’idée n’est pas de créer une « porte unique », mais de mettre en lien les différents intervenants. Ensuite «  la place des femmes dans l’espace public  », avec dans l’idée de mettre en œuvre des événements ou actions innovantes ; il faut que les femmes réinventent la ville. On le sait, partout où il y a une avancée pour les femmes il y a une avancée pour tous.